Pesticides dans les fruits et légumes

Pesticides dans les fruits et légumesVous êtes nombreux à nous contacter afin de connaître plus en détails notre dossier sur la recherche de pesticides dans les fruits et légumes locaux et importés.

LE POINT DE DÉPART DE CETTE ÉTUDE

Suite à l’inquiétude des consommateurs sur la teneur en pesticides des produits agricoles locaux et importés en 2005, un point sur la qualité sanitaire de quelques produits agricoles a été dressé par l’Accueil Consommateur de la DGAE.

OÙ ONT ÉTÉ PRÉLEVÉS LES FRUITS ET LÉGUMES ANALYSÉS ?

17 lieux de prélèvement Les fruits et légumes ont été prélevés dans les points de vente réalisant les volumes de vente les plus importants par zone. Ainsi, les lieux de prélèvement des échantillons sont les grandes et moyennes surfaces suivantes :

Lieux de prélèvement des échantillons
1. Carrefour Arue  2. Carrefour Punaauia
3. Cash and Carry Faa’a 4. Champion Paofai
5. Champion Heiri 6. Fare Nui Huahine
7. Hyper U Pirae 8. La vie en Bio
9. Libre service Week -end 10. Marché de Papeete
11. Marché de Pirae 12. Paea Cash Api
13. Salon de l’Agriculture 2008 14. Supermarché Cécile
15. Vénustar Mahina 16. Yin Ket Pirae
17. Supermarché Marina (2010)

Fruits et légumes prélevés Le Bulletin de statistiques agricoles dans sa partie « production locale commercialisée » indique les fruits et légumes locaux les plus commercialisés et donc consommés en Polynésie française. Le prélèvement de ces produits a donc été privilégié. Pour les produits importés, la sélection s’est faite selon leur disponibilité dans les étals des points de vente, avec le souci de diversifier au maximum les origines (Chine, Australie, Nouvelle Zélande, Etats unis, Chili…).

COMMENT ONT ÉTÉ PRÉLEVÉS LES ÉCHANTILLONS ?

Le prélèvement des échantillons suit les recommandations de la Commission du Codex Alimentarius. Les échantillons primaires ont été prélevés dans un lot de manière aléatoire et en quantité suffisante pour constituer les échantillons de laboratoire, à savoir au minimum 500 grammes de très petits fruits ou baies (fraise, groseille…), 10 à 20 unités de petite taille (orange, pomme…), 4 à 6 unités de grande taille (chou pommé, pastèque…). L’échantillon primaire prélevé sans contact direct avec la main afin d’éviter toute contamination, a été placé directement dans un récipient propre et chimiquement inerte qui le protège correctement contre toute contamination, dommage, et fuite.

OÙ LES ANALYSES ONT-ELLES ÉTÉ RÉALISÉES ?

Il n’existe aucun laboratoire doté de l’équipement nécessaire à la réalisation des analyses de recherches de résidus de pesticides en Polynésie française. L’Institut Louis Malardé (ILM) étant régulièrement en contact avec des laboratoires à l’étranger, a donc été sollicité pour sous-traiter ces analyses. C’est ainsi que le laboratoire HILL de Nouvelle-Zélande a été choisi.

LA TRAÇABILITÉ DE CES ÉCHANTILLONS

Lors des prélèvements dans les commerces, les informations essentielles (lieu de prélèvement, date de livraison et de mise en rayon, identité du fournisseur sur la base des seules déclarations du responsable du rayon et sur tout indice d’identification comme le bac de livraison) ont été listées dans un document d’accompagnement. Seul l’accès aux factures permettait d’assurer une meilleure traçabilité. Dès que cela a été possible, des photos du déroulement des opérations ont été prises. Les échantillons ont été identifiés par les agents opérant les prélèvements. Puis, les échantillons ont été déposés sans délai à l’ILM où les échantillons ont été conservés à –18 degrés pendant 07 jours avant expédition par avion au laboratoire HILL en Nouvelle Zélande.

LES RÉSULTATS DES PRÉLÈVEMENTS

Après le dépôt des échantillons primaires à l’ILM, les résultats des analyses sont arrivés par fax et courrier 30 jours plus tard. Dès réception des résultats, des vérifications des Limites Maximales de Résidus (LMR) ont été faites par produit en faisant référence à des normes établies. De 2007 à février 2008, il a été fait référence aux normes françaises (ACTA 2008) et internationales (Codex Alimentarius), puis aux normes du Pays (par arrêté n°231 CM du 06 février 2009). La réception des résultats a donné systématiquement lieu à un courrier d’information adressé à l’attention des gérants de commerces. Les différents services tels le Service du Développement Rural (SDR), la Chambre d’Agriculture et de Pêche Lagonaire (CAPL), le Centre d’Hygiène et de Salubrité Publique (CHSP), la Direction de la Santé ont reçu également une copie de ces correspondances et des bilans tenus à jour.

LA RÉGLEMENTATION EN VIGUEUR

Le texte réglementaire applicable est l’arrêté n°231 CM du 6 février 2009 portant fixation des limites maximales en résidus de pesticides de certains produits végétaux destinés à l’alimentation humaine.

LA CONSTATATION DES INFRACTIONS

Les infractions sont recherchées et constatées par les agents de la Direction Générale des Affaires Economiques (DGAE), de la Direction de la Santé et du Service du Développement Rural (SDR). Bilan général des résultats des analyses Entre juillet 2007 et le 08 décembre 2009, 29 campagnes de prélèvements ont eu lieu dans 16 points de vente au cours desquels 210 échantillons ont été prélevés, à raison d’une moyenne de 06 échantillons par mois. Par l’intermédiaire de notre prestataire local, l’Institut Louis Malardé (ILM), ces échantillons ont fait l’objet d’un envoi en Nouvelle Zélande auprès d’un laboratoire accrédité chargé d’effectuer des recherches de résidus de pesticides.

Source :

Textes réglementaires : – Arrêté n°231 CM du 6 février 2009 portant fixation des limites maximales en résidus de pesticides de certains produits végétaux destinés à l’alimentation humaine

Délibération N° 85-1155 AT du 15 décembre 1985, art 4, tiret 7 Sites internet :

OMS ACTA logo FAO-logo-fr

Les textes réglementaires sont tous redirigés vers des liens du site LEXPOL.

– Pour consulter le texte en vigueur, cliquez sur « télécharger le texte consolidé » (qui comprend les dernières mises à jour).

– Pour consulter le texte originel, cliquez sur « paru in extenso au JOPF n°… »

MAJ 09/10/2015

Articles relatifs