Comptes bancaires

Dgae. Comptes bancairesIL N’EXISTE PAS DE BANQUE IDÉALE POUR TOUS

En fonction de votre mode de vie et des moyens de paiement que vous utilisez le plus fréquemment, une banque sera plus adaptée qu’une autre. Sachez cependant que certains établissements proposent des tarifs particuliers sous forme de package pour certains segments de clientèle (fonctionnaires, jeunes). D’autres établissements proposent des réductions tarifaires pour les opérations réalisées via leur site web. La banque la moins chère n’est pas nécessairement celle qui offrira le meilleur service, dont la qualité dépend plutôt de la relation que vous nouerez avec votre chargé de clientèle. En effet, les conseillers bénéficieront souvent de “marges de liberté” pour ajuster la tarification de certaines prestations à leurs clients dont le compte s’avère ou s’avèrera très actif. Renseignez-vous avant de faire votre choix : ce sera l’occasion de tester la qualité de la relation clientèle de vos interlocuteurs.

ÉVITEZ D’OUVRIR UN COMPTE BANCAIRE DANS CHAQUE ÉTABLISSEMENT

La multibancarisation est souvent source de frais inutiles. Au gré des offres commerciales, notamment de crédits, certains consommateurs ouvrent un compte dans un nouvel établissement, multipliant des frais inutiles pour avoir les mêmes services. Si vous voyez une offre de crédit intéressante dans un autre établissement, allez voir votre banquier actuel et demandez lui de vous faire une meilleure proposition en s’alignant sur les offres concurrentes. S’il refuse, vous pouvez demander, au chargé de banque de l’autre banque, le rachat de tous vos crédits en cours à un taux moyen généralement plus avantageux. N’hésitez pas à faire jouer la concurrence. Si une banque vous fait de meilleures propositions, vous pouvez avoir intérêt à clôturer votre compte actuel et transférer tous vos actifs vers une autre banque.

ATTENTION AUX INCIDENTS DE PAIEMENT SUR UN CHÈQUE SANS PROVISION

Le rejet d’un chèque pour défaut de provision génère une cascade de frais pouvant même dépasser le montant du chèque. Mais depuis février 2007, les pénalités retenus par les banques sont plafonnées selon le montant de l’incident et sa gravité. Dans tous les cas, ces pénalités ne peuvent pas être supérieures au montant des impayés. Si vous avez émis un chèque et que vous craignez qu’il soit débité alors que la provision sur votre compte est insuffisante, informez-en rapidement votre conseiller financier pour étudier avec lui la meilleure façon d’éviter son rejet. En effet, le rejet d’un chèque (1er chèque rejeté) entraînera la facturation de nombreux frais (déclaration, envoi d’une lettre d’injonction, de mise en interdit bancaire et de recommandé sur chèque impayé) qui viendront s’ajouter au montant de l’impayé.

Articles relatifs